identification de la configuration

mardi 7 novembre 2006, par Philippe Bataille


identification de la configuration

L’identification de la configuration d’un article de configuration consiste à décrire la configuration (essentiellement les caractéristiques physiques et fonctionnelles) que l’on veut soumettre à une gestion rigoureuse.

Quand on a écrit ça on a tout dit mais c’est ténébreux.

Si on veut soumettre un article à une gestion de sa configuration (assurer une traçabilité et une rigueur dans le traitement de ses évolutions), il faut d’abord définir ce que l’on veut gérer à l’avenir. Veut-on gérer les performances (fonctions, sécurité, fiabilité, ergonomie, durée de vie, ...) si oui il faut regrouper dans les documents décrivant la configuration gérée les caractéristiques fonctionnelles (spécifications techniques, dossiers d’interfaces et cahier des charges fonctionnelles) ou au contraire veut on seulement pouvoir se rappeler un jour ce que l’on avait fait aujourd’hui (on regroupera la listes des documents prouvant la réalisation dans une base de donnée).

identification de la configuration = processus décisionnel

Le processus d’identification est donc un processus décisionnel (préparation de la décision, prise de décision et officialisation de cette décision) consistant à :

  • sélectionner les articles dont on veut à l’avenir prendre toutes les décisions relatives à leur configuration,
  • pour chacun des articles sélectionné, sélectionner les données ou document dont on assure le contrôle.

Ces sélections ne sont pas anodines en effet on s’engage à gérer rigoureusement et pour très longtemps toutes les évolutions volontaires et leurs conséquences (demandes d’évolution, de modification,..), mais aussi les évolutions involontaires (non conformités, réparations, usure, avaries....).

A contrario les articles ou données non sélectionnées ne font pas partie de la configuration que je gère et donc je m’interdit à l’avenir de prendre des décisions à leur sujet.

Tout est une question d’équilibre entre volonté de bien faire soi-même, de délégation, de moyens dont on dispose,...

Le lecteur constatera très vite que la numérotation d’un plan ou l’inscription d’un numéro de série est très éloigné des notions de décision, de sélection d’articles et de données, et que en conséquence elle ne devrait pratiquement jamais être inclue dans le processus d’identification de la configuration.

critères de selection

On peut bien sûr s’appuyer sur des listes de critères de choix, ceux ci sont parfois utile pour les personnes devant préparer les décisions ; on doit bien sûr réfléchir avant la prise de décision sur l’utilité réelle d’une sélection.

Un prochain article donnera quelques listes de critères récoltées dans des documents normatifs.

Répondre à cet article