Accueil du site > Sécurité pyrotechnique > Le stéradian : application aux alvéoles à murs forts

Le stéradian : application aux alvéoles à murs forts

mercredi 31 janvier 2007, par Robert Brunet

Dans le cas des alvéoles à murs forts et ouverture en façade, une formule permet de connaître si l’angle solide ayant pour sommet la charge Q et s’appuyant sur les contours de cette ouverture est inférieur ou non à 1stéradian et donc si les rayons des zones de dangers doivent être augmentés ou non dans le cône de décharge.


Aléoles à murs forts et angle solide

Dans la règlementation française, la circulaire du 8 mai 1981 apporte des précisions en ce ce qui concerne les caractéristiques des zones de dangers relatives aux installations munies de surfaces latérales de décharge de pression, installations conçues pour assurer le dégagement d’énergie dans les directions déterminées.

Dans le cas de produits de la division de risque 1.3 mis en œuvre dans de telles installations, les rayons des zones de dangers sont d’autant plus grands que la somme des angles solides ayant pour sommet le centre de gravité de la charge et s’appuyant sur les contours limitant les surfaces de décharge est plus petite : la circulaire précise que les rayons R1, R2, R3 et R4 définissant les zones Z1, Z2, Z3 et Z4 doivent être multipliés respectivement par 3, 3, 2.5 et 2, si la somme de ces angles solides est inférieure à 1 stéradian.

Dans le cas d’une alvéole à 3 murs forts, toit fort et ouverture en façade, il existe une formule permettant de déterminer si l’angle solide ayant pour sommet la charge Q et s’appuyant sur les contours de cette ouverture de surface S est inférieur ou non à 1stéradian et donc si les rayons Ri doivent être augmentés ou non dans le cône de décharge.

Seules des personnes ayant été amenées à rédiger des études de sécurité relatives à un stockage de munitions dans des alvéoles à murs forts peuvent vous aider.

Répondre à cet article