la maitrise du risque pyrotechnique






Comme toutes les activités à risques, le métier de la pyrotechnie a depuis longtemps (1) imposé les étapes suivantes:
  • idendification du risque
  • chiffrage du risque
    • quelle est la probabilité que l'événement non souhaité apparaisse
    • quelles seront les conséquences probables de l'événement
  • réduction du risque
    • réduction de la probabilité
    • réduction de la gravité
  • surveillance du risque et de son évolution

(1) les premières obligations préconisant cette démarche sont apparues au moment de la révolution française, c'est à dire nettement plus tôt que les directives européenes dites directives Sévéso 1 et Sévéso 2

décrets
arrêtés
circulaires
71-753
07/11/77
79-846
08/05/81
90-153
03/03/82
08/12/82
90-897
01/10/90
21/03/85
27/12/90
25/03/92
10/02/98
02/10/98
Lorsque vous aurez juste appliqué les trois textes mis en évidence, vous aurez déjà parcouru 99 % du chemin conduisant à la sécurité du personnel de votre entreprise et des habitants du voisinage.
Le décret 79-846 décrit les règles générales d'hygiène et de sécurité qui doivent être mises en oeuvre dans les établissements pyrotechniques, il préconise :
  • une étude de sécurité, des consignes,
  • des règles de construction des installations,
  • des mesures générales de protections,
  • des mesures de traitement du risque d'origine électrique,
  • des protections individuelles,
  • des transports internes et des stockages,
  • du traitement des déchets et effluents,
  • du personnel, encadrement, formation, habilitation...
  • des relations avec l'administration.

Ce texte est remarquable par sa concision et son utilité, "c'est du bon sens rédigé en langage administratif".

L'arrêté du 26 septembre 1980 fixe les règles d'éloignement ou d'isolement des installations pyrotechniques.

  • ce texte préconise l'étude de la sécurité basée sur la probabilité et la gravité d'un accident pyrotechnique,
  • il prend en compte les effets d'un accident (classement des matières et objets pyrotechniques),
  • il définit des zones de danger en fonction de la nature du risque et de la quantité,
  • il définit la possibilité (ou l'interdiction) des situations de travail ou d'implantation.

L'application avec bon sens des préconisations de ce texte aurait réduit d'une manière significative la gravité des grosses explosions que l'on a pu connaître ces dernières années aux Pays Bas ou dans le Sud Ouest de la France. Ce texte est lui aussi, un recueil de "bon sens rédigé en langage administratif".
La circulaire du 8 mai 1981 commente le décret et l'arrêté traités aux pages précédentes ; il précise :

  • comment on peut interpréter ces textes en fonction des protections mises en place,
  • comment on peut calculer la probabilité et la gravité dans les cas non explicitement prévus par les textes précédents.